Vous êtes ici : Autour de l'orient > Dictons orientaux
Quelques aphorismes ou dictons orientaux Khalil Gibran.

A lire et à méditer..

Il y a sept siècles, sept blanches colombes s'envolèrent d'une vallée profonde vers le sommet enneigé de la montagne. Un des sept hommes qui observait leur vol dit : " Je vois une tache noire sur l'aile de la septième colombe."
Aujourd'hui les gens dans la vallée parlent des sept colombes noires qui volèrent au sommet de la montagne enneigée.

La beauté brille avec davantage d'éclat dans le cour de celui qui y aspire que dans les yeux de celui qui la voit.

La poésie est la sagesse qui enchante le cour.
La sagesse est la poésie qui chante dans l'esprit.
Si nous pouvions tout à la fois enchanter le cour de l'homme et chanter dans son esprit,
Alors en vérité il vivrait dans l'ombre de Dieu.

L'amitié est toujours une douce responsabilité, jamais une opportunité.

Quand je me tenais tel un miroir limpide devant toi, tu regardais en moi et voyais ton image.
Tu disais alors : "je t'aime."
Mais en vérité c'est toi que tu aimais en moi.

J'ignore la vérité absolue. Mais je suis humble devant mon ignorance, et là résident mon honneur et ma récompense.

L'oubli est une forme de liberté.

Une femme peut voiler son visage d'un sourire.